Le Langage Bouddhiste

Langage, Language Bouddhiste -

Le Langage Bouddhiste

de lecture - mots

Le bouddhisme est une religion ou une philosophie fondée par les enseignements de Bouddha. Pour certaines personnes, cette religion ne parle que le langage des concepts et de la raison. Elle touche l’intelligence rationnelle. Dans cet article, on va présenter les points importants à savoir qui se rapporte sur le langage Bouddhiste.

La Langue utilisée par les Bouddhistes

La langue utilisée par les bouddhistes peut varier selon la région où le bouddhisme est pratiqué. Néanmoins, les bouddhistes partagent une langue universelle qui est le Pali. Mais que faut-il savoir sur cette langue ? Le pali, est une langue indo-européenne de la famille indo-aryenne, parlée autrefois en Inde. Les premiers textes bouddhiques sont conservés dans cette langue. Elle est encore utilisée aujourd'hui comme langue liturgique dans le bouddhisme theravada.D'après la tradition, le pali était utilisé à l'époque du Bouddha dans des textes anciens. Toutefois, c'est surtout une langue littéraire qui a été empruntée à d'autres langues. Elle s'est constituée de manière plus ou moins artificielle au cours du temps, sans doute à partir d'une ou plusieurs langues vernaculaires. Le pali deviendra à la suite la lingua franca des peuples riverains de l'Asie du Sud-Est pendant douze siècles. Actuellement, il est encore utilisé comme langue liturgique bouddhiste au Sri Lanka, en Birmanie, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge.

Les signes et symboles du bouddhisme

Les symboles sont nombreux dans le bouddhisme. Ils constituent un véritable langage qu’il est utile de connaître. Ils sont une aide véritable sur la voie de la transformation de l’esprit et de l’éveil. Chaque symbole est doté de sens et a été soigneusement élaboré et choisi pour servir de support à l’enseignement du Bouddha. La plupart d’entre eux sont utilisés dans des rituels spécifiques. Aux nombres de huit, les objets sont englobés par un seul terme authentique qui est l’Ashtamangala. Ce dernier est un mot qui désigne un groupe de huit symboles de bon augure, dont l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme. Ces huit symboles sont apparus pour la première fois en Inde lors d’une cérémonie d’investiture royale.

La liste des symboles dans le bouddhisme qu’il faut connaître est la conque, le parasol, les poissons d’or, l’urne, la roue, la bannière, le lotus et le nœud. Ces objets sont offerts par les devas au Bouddha lors de sa naissance en reconnaissance de sa royauté. Tout d’abord, le premier symbole qui est la conque blanche dextrogyreserait la trompe des héros dans la littérature épique indienne. Elle représente dans le bouddhisme la voix du Bouddha et son enseignement. C’est aussi le symbole de l’absence du mal. Ensuite, le nœud sans fin serait à l’origine un symbole d’amour. Dans le bouddhisme, il représente l’esprit du Bouddha ainsi que l’interdépendance de toutes choses, l’union entre compassion et sagesse. Il représente aussi le samsara, le monde de la souffrance où on naît et meurt en boucle. Ce monde qu’il faudrait quitter pour atteindre le nirvana par l'éveil de la conscience.

Après, en ce qui concerne les poissons d'or, ils sont au nombre de deux. Ils symbolisent la libération par l’absence de la souffrance, signe de fertilité. Ils sont aussi le symbole du bonheur et de la richesse, de l'abondance et de la prospérité. Le couple de poissons représente à l’origine le Gange et la Yamunâ. Ils marquent également dans le yoga les canaux lunaires et solaires et la vitalité. Dans le bouddhisme, ils représentent la vision du Bouddha ainsi que la capacité des êtres sur la voie à évoluer en direction de la libération sans se noyer dans le samsara. En outre, pour le lotus, c’est un symbole représentant la beauté divine et la pureté. Dans le bouddhisme, le lotus représente la langue du Bouddha et la purification du corps, de la parole et de l’esprit, ainsi que le plein épanouissement de l'activité bénéfique dans l'état de libération. Il est l'emblème de l'élévation spirituelle.

Par ailleurs, parmi les symboles, on a aussi le parasol qui était en Inde un attribut de la royauté.  Il représente dans le bouddhisme, la tête du Bouddha et la protection contre les dangers matériels et spirituels. Il peut aussi représenter le ciel et l’éther dans le système des cinq éléments. Concernant l’urne aux trésors, il représente les bienfaits matériels à savoir la santé, la longévité et l’aisance matérielle et spirituelle. Dans le bouddhisme, il représente le cou du Bouddha et le pot à eau qui fait partie des possessions du moine, ou un récipient contenant la sagesse utilisée dans les cérémonies d’onction. Il représente l’espace dans la série des cinq éléments.

Puis, la Roue de la Loi symbolise la mise en mouvement de la roue du Dharma, c'est-à-dire la propagation de l'enseignement du Bouddha, d’une part sous la forme théorique et d’autre part sous la forme pratique. Grâce aux enseignements du bouddha, les êtres humains peuvent avoir connaissance de la réelle signification du mot bonheur et de la libération. Enfin, la bannière a la forme d’un drapeau enroulé qui représente la victoire. Dans le bouddhisme, elle représente le corps du Bouddha ainsi que la victoire contre les forces négatives. La bannière est aussi considérée comme signe de la victoire de la doctrine du Bouddha. Elle symbolise également le triomphe sur l´ignorance.

Les autres concepts à savoir dans le bouddhisme

À part ces objets, il existe encore d’autres concepts qui méritent d’être abordés. Le Yin et le Yang sont un des éléments faisant partie de ces concepts. Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux catégories symbiotiques et complémentaires, que l'on peut retrouver dans tous les aspects de la vie et de l'univers. Leur complémentarité se démarque des couples opposés, plus répandus dans les philosophies occidentales, comme l'idée du Bien et du Mal. Le yin peut aussi être associé à la Lune qui représente la part féminine de la nature. Le yang est associé au Soleil qui représente la part masculine de la nature. En relation d'interdépendance, l'excès ou la déficience d'un des deux entraîne des conséquences sur l'autre et un déséquilibre de l'ensemble.

À part le Ying et le Yang, l’autre concept met l’accent sur une image des Yeux de Bouddha apercevable autant dans les temples que les monastères. Les yeux ou le regard de Bouddha symbolisent le savoir. C’est à travers ces yeux même que le Bouddha a vu toutes les sources de souffrance et a pu aller au-delà donnant par la suite son éveil. En outre, ces yeux ont permis au bouddha d’atteindre le nirvana.

Les postures et les gestes de Bouddha

Dans le langage Bouddhiste, il est nécessaire de définir les gestes et les postures de Bouddha. Le style des statues ou mudras de Bouddha sont différents d’une région à l’autre. On a en premier lieu le Bhumisparsha Mudra. Cette statue est représentée généralement en position assise, avec la main droite posée sur le genou et les doigts pointés en direction du sol. La main gauche repose sur le genou avec la paume orientée vers le haut. Bhumisparsha est un terme qui signifie toucher le sol ou prendre la terre à témoin. Cette mudra évoque le moment où Bouddha a atteint l’éveil, l’illumination ou encore le Nirvana en dessous de l’arbre Bodhi. Ensuite, il existe la statue de Bouddha dhyanana. Celle-ci a les deux mains posées au niveau des genoux. L’arrière de la main droite repose sur la paume de la main gauche. Cette statue marque la méditation. C’est le symbole de la sagesse. Le Bouddha a fait cette posture lors de son ultime méditation. Après, parmi les statues de Bouddha, on a aussi le Vitarka Mudra. Ce dernier symbolise les enseignements de la vie de Bouddha. Cette statue se présente par les bouts de pouce et de l’index se joignant pour former un cercle. Pour la main droite, elle est soutenue en direction du spectateur. Quant à la main gauche, elle se repose sur le genou.

Outre ceux-ci, dans les postures du Bouddha, on peut également parler de Karana Mudra. Dans cette statue, les doigts à savoir l’index et l’auriculaire sont pointés vers le ciel et les autres rejoignent la paume de la main formant ainsi la position karana. Cette statue de Bouddha existe en position assise que debout. Ce geste permet d’éloigner le mal, les énergies négatives et les démons. Puis, il ne faut pas oublier le varada mudra qui symbolise la compassion et la charité. Les cinq doigts de la main représentent les cinq perfections à savoir la patience, la générosité, la morale, la concentration et l’effort. Il est possible d’associer cette statue avec d’autres mudras. Ici, le bras droit de la veranda mudra tome vers le bas. La paume fait face au spectateur. Enfin, l’Abhaya Mudra fait aussi parti des gestes du Bouddha. Elle montre un Bouddha avec la main droite levée, paume vers l’extérieur et doigts vers le haut. Le bras gauche est positionné le long du corps. Comme le Karana Mudra, ce Bouddha est disponible en position assise et debout. Il symbolise la bravoure et témoigne l’étape de la vie de Bouddha après avoir atteint l’illumination.

Les Trois Joyaux : des noms propres dans le langage bouddhiste

Dans le langage bouddhiste, on parle également de Trois Joyaux à savoir le Buddha, le Dharma et le Sangha. Ceux-ci sont des termes spécifiques utilisés pour présenter la doctrine bouddhique et ses pratiques. Ils sont présents dans chaque coin de l’univers, dans chaque personne et dans chaque cœur. Le premier Joyau à savoir le Buddha veut dire l’Eveille. Celui-ci est un titre honorifique de Siddharta Gautama. C’est un personnage historique ayant vécu il y a deux mille six cents ans. Il évoque la compréhension de la réalité ultime. Il montre la voie de la compréhension et de l’amour comme le regard d’un enfant, les rayons du soleil, la beauté d’une fleur et bien d’autres encore. Tandis que le second Joyau qui est le Dharma veut dire la Loi. Ce dernier est un terme complexe. Il désigne à la fois la réalité, l'ordre qui la régit et son appréhension par l'homme. Le Dharma est aussi l’ensemble des enseignements du Bouddha et de ses disciples ainsi que les éléments du monde et de la conscience. Ces derniers permettent de guider sur le chemin de la Libération. Enfin, en ce qui concerne le troisième Joyau, c’est le Sangha. Ce dernier signifie la Communauté du bouddhisme qui comprend les amis, les maîtres et soi-même. Prendre refuge dans le Sangha permet à tous de vivre dans l’harmonie et dans la pleine conscience. Chaque personne qui se convertit dans le bouddhisme peut partager ses joies et ses difficultés avec le Sangha.

En suivant à la lettre ces Trois Joyaux, les bouddhistes posséderont tous les moyens pour donner de l’amour et pour comprendre soi-même. Si l'on veut devenir bouddhiste, il faudrait donc se réfugier dans ces Trois Trésors pendant la vie toute entière jusqu’à l’entrée au nirvana.

Les autres termes à savoir pour apprendre le langage du bouddhisme

Pour pouvoir apprendre et comprendre le langage du bouddhisme, des termes doivent être compris comme :

  • L’Arhat : ce mot désigne un être qui a pu atteindre le Nirvana
  • Le Nirvana : c’est un état selon lequel on échappe à la souffrance du monde. Une personne qui atteint ce nirvana obtiendra une béatitude absolue. C’est l’objectif ultime des bouddhistes. C’est en se détachant des choses impermanentes qu’on peut atteindre cet état d’illumination.
  • Le Bodhisattva : ce terme signifie un être se trouvant sur le chemin le conduisant à l’illumination. La personne aspire à l’Éveil. Pour y arriver, il doit s’adonner à des pratiques altruistes. En effet, il doit toujours aider ses proches et son entourage principalement en cas de moments difficiles.
  • Le Sûtra : dans le langage du bouddhisme, ce terme signifie un texte sacré.  Il s'applique à des écrits spéculatifs ou philosophiques rédigés sous forme d'aphorismes. Il désigne des traités, des analyses et des grammaires.
  • Le Karma : dans la religion bouddhisme, ce mot veut dire action du corps, de la pensée et de la parole. Les actions effectuées dans le passé ou dans le présent peuvent donner des impacts dans le futur que ce soit positif ou négatif. Les conséquences dépendent des agissements de chaque personne que ce soient bons ou mauvais. Ce terme est très important pour les bouddhistes. Il fait partie intégrale de leur vie.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.