Le Bouddhisme et l’Adultère

Adultère -

Le Bouddhisme et l’Adultère

de lecture - mots

Avec la multiplication des sites de rencontres, l’infidélité n’a jamais été aussi fort. Elle peut toucher hommes et femmes sans distinction. Dans presque tous les couples, elle fait partie des causes de rupture et de divorce. C’est une source de souffrance et surtout une épreuve insurmontable par le partenaire trompé. Dans le bouddhisme, l’adultère est considéré comme un acte nuisible. Elle apporte de multiples conséquences pour la personne infidèle.

bouddhisme et adultere

Les conséquences de l’adultère dans la vie des bouddhistes

Dans l’enseignement de Bouddha, l’adultère fait partie des méconduites sexuelles à s’abstenir. Elle est impure, car c’est une expression d’avidité et de violence envers la partenaire. Elle entraîne de nombreuses conséquences sur la personne infidèle. Le principal est le karma. Dans une relation de couple, si un homme ou une femme recherche une autre relation, cette personne crée un karma de relation. On perd la foi et la confiance du partenaire avec qui l’on est. En cas d’adultère, l’amour disparaît et à la fin, les deux personnes se font des reproches et vont même jusqu’à se détester.

Elles peuvent devenir des ennemies. Certains couples finissent même par divorcer. Elles créent un karma de relation. Une fois qu’on a créé ce dernier, il est difficile pour la personne infidèle de trouver un partenaire qui puisse lui faire confiance, l’aimer et prendre soin de lui. En même temps, si le couple a des enfants, il risque de leur transmettre ce genre de souffrance. Effectivement, l’adultère entraîne également de multiples conséquences pour les enfants. Il peut leur blesser psychologiquement même s’ils ne sont pas au courant de la situation. Certains se réfugient dans la drogue, l’alcool, la violence ou la promiscuité. Pour d’autres enfants, ils n’arrivent plus à avoir confiance en eux.

Par ailleurs, une des conséquences de l’adultère serait aussi la souffrance, principalement pour la personne trompée. Cette dernière va se sentir mal et finit même par se reprocher de ne pas avoir donné assez d’amour ni d’attention. Elle va se sentir responsable de cette situation même si ce n’est pas elle qui a commis la faute. Pour la personne infidèle, elle va aussi souffrir tôt au tard. L’adultère va lui apporter du karma négatif dans le futur. Elle ne va pas pouvoir atteindre le Nirvana qui est l’objectif ultime de tous les bouddhistes. Avec l’action qu’elle a effectuée, elle n’aura pas l’esprit tranquille et finit par avoir des remords.

Éviter l’adultère en respectant les préceptes de Bouddha

Dans le bouddhisme, pour éviter l’adultère, chaque personne dans un couple doit suivre le code moral de Bouddha. Ce dernier propose cinq principaux préceptes qui sont :

Ne pas tuer

Le premier précepte est l'abstention de faire du mal aux êtres vivants. Il ne faut pas tuer ni faire de mal de n’importe quelle manière. Cela évoque l'abstention de toute forme de violence, de toute forme d'oppression et de toute forme d'offense. La violence est mauvaise, car elle est basée, directement ou indirectement, sur un état mental malsain, sur l'état de haine ou d'aversion. Dans un couple, l’adultère est une sorte de violence. C’est la psychologie du partenaire trompé qui est surtout touché.

La personne infidèle lui, fait du mal en le ou la tuant intérieurement. Pour ne pas commettre de violence envers son ou sa conjoint(e), le Bouddha conseille de pratiquer la maitri qui veut dire amour. Celle-ci n’est pas uniquement une émotion ou un sentiment et il ne s'agit pas de ressentir de la bienveillance envers les autres. Elle s'exprime par des actions. Il est possible par exemple de montrer son amour en offrant des cadeaux ou faire des invitations. Toutes les petites attentions permettent de consolider l’amour et ainsi d’éviter l’adultère.

Ne pas voler

Le second précepte dans les enseignements de Bouddha concerne le vol. Ici, il ne faut pas prendre ce qui n’est pas donné. Mais, ce précepte n'est pas seulement l'abstention du vol. Il implique aussi l'abstention de toute forme de malhonnêteté, de toute forme de détournement ou d'exploitation. Ceux-ci sont des expressions d'avidité ou de désir égoïste. Les couples doivent également respecter ce deuxième précepte pour éviter l’infidélité. Il faut dire que l’adultère est un signe de vol. Effectivement, lorsqu’on sort avec une personne mariée, on la vole à son ou à sa partenaire. Pour éviter cela, il faudrait pratiquer le dana ou la générosité.

Toutes personnesqui souhaitent entrer en contact avec le bouddhisme devraient être toujours généreuses envers les autres. Pour un couple, il faut que chacun puisse donner beaucoup du temps à son ou sa conjoint(e). Il est important d’échanger régulièrement sur les divers aspects de la vie quotidienne, qu’il s’agisse des tâches de la maison, de l’éducation des enfants ou de la relation de couple elle-même. Il faut aussi faire des activités ensemble comme faire des vacances par exemple.  

La relation d’amour est tissée de confiance, de compromis mutuels, de dialogue et d’échanges qui permettent à chacun des partenaires de trouver sa place, de se sentir reconnu et respecté. Si l'on n’arrive pas à passer du temps ensemble, l’autre finit par chercher du réconfort dans les bras d’une autre personne. C’est surtout le sentiment de solitude et non la sexualité qui est la principale cause des relations extra-conjugales partout dans le monde même chez les bouddhistes.

Ne pas commettre d’adultère

Le troisième précepte dans les enseignements du Bouddha concerne la sexualité. Celle-ci équivaut à ne pas commettre d’inconduite sexuelle. Le bouddhisme accepte l’hétérosexualité, l’homosexualité, l’onanisme, le travestisme, le célibat. Néanmoins, il n’accepte pas tout mauvais comportement qui pourrait faire du mal à l’autre comme l’adultère. Ce dernier est une sorte de violence commise contre le partenaire sexuel habituel de la personne.

S’il existe de relations sexuelles illégitimes ou impudiques dans un couple, la vie domestique est intentionnellement dérangée. Pour ne pas enfreindre ce précepte, il est recommandé de pratiquer le samtusti qui veut dire contentement. Lorsqu’on est marié, il faut se contenter de son ou sa partenaire qui est reconnue et socialement acceptée. En termes psychologiques modernes, le contentement veut dire un état positif d'abstention de l'utilisation du sexe pour la satisfaction des besoins en général.

Ne pas mentir

Le quatrième précepte concerne la parole. Dans le bouddhisme, il faut s’abstenir de dire des mensonges, de colporter, de faire de chantage et de jurer. Dans l’adultère, la personne infidèle dit généralement des mensonges à l’autre sur l’endroit où elle se trouve par exemple. Au sein du couple, mentir détruit la relation de couple. Cela provoque la dispute. Par la suite, il faut savoir que si on infidèle, on finit par employer des mots blessants à son ou sa partenaire. Pour ne pas faire du mal à l’autre, il est toujours convenable d’être honnête. Cela permet d’instaurer la confiance, le respect et l’amour dans la relation de couple.

Ne pas prendre de substances altérant l’esprit

Le dernier des cinq préceptes de Bouddha est l'abstention de boissons et de drogues dont la consommation résulte en une perte de la prise de conscience. Il existe un désaccord sur l'interprétation de ce précepte. Dans certains pays bouddhistes, il faut s’abstenir totalement à la prise de boissons alcoolisées. Toutefois, dans d'autres pays, on peut en prendre, mais avec modération. Quoi qu’il en soit, en prenant des substances toxiques, on peut commettre des actions comme l’adultère qui va accumuler le karma négatif. Pour devenir un être humain correct qui accomplit efficacement son devoir et sa fonction tel qu’un être humain le devrait, il faut éviter de boire d’alcool et de prendre de la drogue. Ainsi, on pourra avoir une vie joyeuse et reconnaissante. On pourra aussi éviter la souffrance. Le précepte de Bouddha ne sera pas brisé.

 

En outre, en respectant à la lettre tous ces préceptes, tous les couples vivront dans l’harmonie et dans le bonheur. Il n’y aurait pas de divorce ni de souffrance. Chaque partenaire pourra atteindre l’état d’éveil ou d’illumination comme le Bouddha.

Tout ce qu’il faut faire après avoir commis l’adultère selon Bouddha

adultère selon bouddha

Bouddha affirme qu’aimer, c'est vouloir le bien de l'autre. Tout le reste est une marque d’attachement. Ce qu’il faut faire est de donner de l’amour à l’autre. Lorsqu’on se rencontre, il faut apprendre à se connaître. Pour Bouddha, chaque rencontre est le fruit des karmas des deux personnes concernées. Elle est donc à la fois nécessaire et inévitable. Nécessaire, car elle arrive à point nommé pour enseigner quelque chose et faire progresser les couples. Inévitable comme l'est toute relation de cause à effet.

Le coupable devrait également se montrer sincèrement repentant, confesser sa faute à Bouddha ainsi qu’à un conseiller discret. Il faut tout faire pour recevoir le pardon de Bouddha ainsi que de son partenaire. Il ne faut pas oublier de rompre définitivement cette relation illégitime. Il faut ensuite faire un sérieux travail psychologique et spirituel sur soi-même pour comprendre comment on en est arrivé là.

Une fois repenti, il ne doit plus jamais parler du pêché qu’il a commis même des années plus tard. Il doit prendre la responsabilité des actes commis. Le conjoint ou la conjointe ne sert pas à déculpabiliser le coupable. Pour regagner la confiance de l’autre, ce dernier doit faire de bonnes actions. Pour se faire pardonner, il doit par exemple exprimer honnêtement et ouvertement ses sentiments. Il faut aussi faire preuve d’écoute.

Les attitudes que le conjoint trompé doit avoir en cas d’adultère

La découverte d'une relation adultère ou la confession d'une telle relation à son partenaire peut provoquer une souffrance très intense. Il est possible que la personne trompée agisse sous l'impulsion de la colère ou subir un choc. C’est d’ailleurs normal. Elle peut se donner la permission de laisser s’exprimer la violence de ses émissions. Toutefois, pour ne pas aggraver le problème, il est conseillé de prendre du temps loin de votre conjoint. Cela permet de bien réfléchir à cette relation et de traiter les émotions. Pendant ce temps de réflexion, on peut demander l’aide d’un conseiller ou des amis. Il est déconseillé de mettre au courant les enfants, les parents et les beaux-parents.

Ensuite, il est nécessaire de réfléchir aux raisons possibles de cette adultère. Cela peut être un manque de tendresse, de dialogue ou d’une sexualité plus épanouissante. La sensation d’une connexion forte avec quelqu’un peut aussi être une cause de l’infidélité. Une fois la raison définie, on peut chercher une solution à deux pour éviter que le problème se reproduise dans le futur. Pour cela, il est conseillé tout d’abord de travailler sur le pardon. Pardonner à son conjoint ne veut pas dire oublier ou minimiser la liaison. Il faut plutôt être ouvert à l'idée de lui pardonner son adultère.

S’approcher d’un conseiller conjugal en cas d’adultère

Si on souhaite encore sauver son couple après un adultère, il est recommandé de s’approcher d’un conseiller conjugal. Pour les bouddhistes, ils peuvent faire appel à un moine spécialisé dans la relation de couple. Ce dernier est un professionnel qui a la capacité de régler les conflits de couple. Il peut par exemple aider les partenaires à changer de point de vue sur le problème, à identifier les facteurs qui auraient pu contribuer à l'adultère et à enseigner le couple à reconstruire la relation.

Il donne des conseils avisés sur les moyens à faire pour se faire pardonner après une infidélité. Le premier est de passer du temps ensemble, partager de la nourriture cuisinée avec amour ou encore donner des cadeaux. Ensuite, le second moyen est de faire toujours des compliments précis et spécifiques. Après, il est conseillé d’aider l’autre dans toutes les tâches. Il ne faut pas oublier de dire des mots doux et de donner de la sécurité.

Par ailleurs, le Moine Bouddhiste fournit également des recommandations aux couples pour bien se communiquer. Il arrive que ce soit le manque de communication qui entraîne l’infidélité. Le spécialiste présente des techniques pour améliorer la communication et gérer les disputes quand elles éclatent. Enfin, il propose aussi d’autres astuces pour approfondir la complicité et l’intimité entre les partenaires. Si l'on arrive à suivre à la lettre les conseils du Moine Bouddhiste, la joie peut régner dans la relation et il n’y aurait pas d’adultère.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.