Les 5 Principes Fondamentaux Du Bouddhisme

Cinq Principes du Bouddhisme -

Les 5 Principes Fondamentaux Du Bouddhisme

de lecture - mots

Les cinq principes du bouddhisme peuvent aussi être considérés comme piliers majeurs de cette religion. Comme le fondateur du bouddhisme l’a dit, le but principal de cette religion est de mettre fin à toute souffrance de l’humanité en atteignant le Nirvana. Le respect, la connaissance et la mise en pratique de ces 5 principes fondamentaux permettent l’éveil spirituel. On va présenter dans cet article ces cinq principes fondamentaux.

principes fondamentaux du bouddhisme

Les trois joyaux du Bouddhisme

Ces trois joyaux sont l’essence même du bouddhisme. Afin de devenir bouddhiste, il faut rechercher et prendre le chemin des 3 refuges puisqu’ils sont les bases fondamentales du rite à l’initiation au bouddhisme. Mais que signifie prendre refuge ? Prendre refuge c’est tout d’abord respecter et montrer de la gratitude au Bouddha, au Dharma et au Sangha, mais aussi prouver qu’il y a détermination à aller vers la vérité et la bonté.

En d’autres termes, reconnaître la possession de la capacité à aimer et à comprendre tout ce qui est autour. Prendre refuge c’est aussi savoir d’où vient le bouddhisme. Bouddha est celui qui montre la voie à suivre. Ses enseignements permettent d’une part la compréhension de l’amour et d’autre part d’être libéré des souffrances. Quant au Dharma, c’est l’ensemble de la totalité des éléments qui composent ce monde. Mais c’est aussi l’ensemble des normes, des enseignements du bouddha.

Le Dharma a pour rôle de guider l’être humain sur le chemin de la libération. Il montre le chemin conduisant à l’amour et à la compréhension et à la paix, à une vision juste et profonde des choses. Comme dans toutes religions, le bouddhisme a aussi sa propre communauté qui est appelée le Sangha. Vivre et s’adapter dans la communauté bouddhiste est aussi synonyme de vivre dans l’harmonie, dans la joie et de la pleine conscience. Le Sangha est composé notamment de ce qui est tout autour à savoir les amis, la famille et le maître bouddhiste.

Les quatre nobles vérités

Pour atteindre le nirvana, il faut tout d’abord comprendre et appliquer certaines choses dans la vie quotidienne à savoir prendre connaissance de l’existence des quatre nobles vérités. Les enseignements de bouddha peuvent être résumés à travers quatre nobles vérités à savoir le Dukkha, le Samudaya, le Nirodha et le Magga. La présence et la prise de conscience de ces nobles vérités aident à diminuer voire à abolir la souffrance de l’homme.

Mais elles ne s’arrêtent pas là, puisqu’elles délivrent l’homme des sources de désirs qui lui sont néfastes tel que le plaisir. Mais qu’en est-il vraiment de ces quatre nobles vérités ? Le Dukkha est la marque de l’existence de la souffrance. Cette dernière est courante dans la vie quotidienne comme la maladie est souffrance, l’existence est une autre source de souffrance. Puis, le Samudaya désigne l’origine des souffrances. Elles n’arrivent pas seules, elles sont là, car il y a des choses qui les ont causés. Il faut noter que l’ignorance et la cupidité sont les sources immédiates de la souffrance.

Par la suite, en ce qui concerne le Nirodha, il est la façon d’éradiquer la souffrance. Maintenant que la source de la souffrance est connue, il faut à tout prix chercher à l’éviter voire la supprimer définitivement et ainsi mettre fin à toute souffrance. On doit agir sur les causes de la souffrance et ainsi être libéré. Ne pas être dans l’ignorance permet d’ores et déjà de se mettre sur le chemin de la libération de la souffrance.

Enfin, le Magga est un noble chemin composé de huit éléments bien distincts. La pratique simultanée de ces huit éléments permet d’atteindre le Nirvana. Aussi connu comme Noble sentier Octuple, le Magga est le chemin à suivre pour mettre fin à la souffrance.

 Le Noble Sentier Octuple

Les enseignements de Bouddha sont comme une grande roue qui ne s’arrête jamais de tourner. Bien sûr, les enseignements mènent au point central de la roue, qui est le Nirvana. Les huit rayons de la roue représentent les huit parties du Noble Octuple Chemin qui sont les suivantes la vision juste, la pensée juste, la parole juste, l'action juste, les moyens d'existence justes, l'effort juste, l'attention juste et la concentration juste.

Le Noble Sentier Octuple est considéré comme le fondement de la pratique bouddhiste. Afin de pouvoir mettre en pratique les Quatre Nobles Vérités, les bouddhistes recherchent à travers ces huit concepts les attitudes et les comportements à adopter. Les Quatre Nobles Vérités renferment toutes l'idée que la vie n'est que souffrance causée par le désir de choses éphémères. Il y a donc un lien très étroit entre les quatre nobles vérités et le noble sentier.  

Ceux qui ont conscience des nobles vérités sont déjà considérés comme étant sur le bon chemin. Les huit concepts peuvent être classés en trois catégories principales à savoir sagesse, conduite et concentration. Il faut garder en tête qu’il n'existe aucune hiérarchie précise entre ces huit éléments. D’ailleurs, ils doivent plutôt être suivis en même temps pour atteindre le Nirvana.

La sagesse du Noble Sentier Octuple

On a tout d’abord les deux premiers chemins qui sont associés à la sagesse du Noble Sentier Octuple. La vision juste implique de croire que dans les Quatre Nobles Vérités la vie est souffrance. Celle-ci est causée par le désir de choses temporaires. Tout est passager et le fait de renoncer aux désirs n’est possible qu'en suivant le Sentier Octuple. La pensée juste quant à elle insiste sur le fait d’être prêt à toujours s’améliorer dans tout ce qui est positif.

L’aspect moral

Les trois éléments suivants sont associés à l'aspect moral. On a la parole juste qui met l’accent sur les paroles honnêtes et sur le fait de parler honnêtement. Cela implique d'éviter les commérages, le mensonge ou les agressions verbales. La parole juste s'applique à la fois à l’oral et à l’écrit. Puis, on a l'action juste qui implique d'éviter les actes tels que le vol, l'adultère et le meurtre.

Pour distinguer le bien du mal, il faut se demander si tel acte fera du tort à autrui. Enfin, on a les moyens d'existences justes qui ressemblent aux actions justes, mais s'appliquent spécifiquement à la profession. En vertu de ce principe, il ne faut pas tricher, mentir ou participer à des affaires qui font du tort à autrui. Cette règle exclut aussi toute activité liée à l'abattage d'animaux, à la vente de viande, à la fabrication ou à la vente d'armes à feu.

Les aspects de concentration

Dans ces aspects, on a l'effort juste qui implique un effort de persistance et d'attention dans l'application des autres aspects du Sentier Octuple, afin d'éviter les pensées pessimistes et les émotions négatives. Puis, on a l'attention juste qui ressemble en partie à l'effort juste, mais elle se concentre davantage sur les aspects internes, mentaux et philosophiques de soi.

Le bouddhisme encourage donc une forte conscience de soi, avec une attention particulière portée sur la manière dont l’être humain réagit aux expériences et à l'environnement. Cette attention doit être centrée sur le présent que sur le passé ou l'avenir. Le dernier élément est la concentration juste.

La pratique de la méditation est au cœur du bouddhisme et implique des techniques de respiration, et d'autres moyens de concentration. L'objectif est de vider entièrement l'esprit, pour que l'objet de la concentration prenne toute la place. Il ne faut se concentrer que sur l’essentielle en vue d’atteindre le Nirvana.

En guise de conclusion, le Sentier Octuple affirme qu'une personne qui ne parvient pas à suivre tous ces aspects est tout simplement une personne incapable de suivre le Sentier. Dans ce cas, son seul espoir est de voir ses désirs, intentions et efforts changer d'eux-mêmes.

Les cinq préceptes du bouddhisme

Toutes les religions du monde sont fondées sur des principes fondamentaux de la bonne conduite et interdisent à leurs adeptes de se livrer aux actes répréhensibles et aux comportements pouvant nuire à la société en général. Après avoir pris refuge dans les trois joyaux, les bouddhistes doivent maintenant faire vœu de respecter 5 préceptes fondamentaux au bouddhisme.

Pas de mort, il faut respecter la vie

Dans le précepte, il ne faut pas commettre de meurtre. Ne pas tuer un être vivant, ne pas avoir l’intention de détruire une vie. Le fait de ne pas respecter cela entraînera un mauvais karma.

Pas de vol, le respect de la propriété d’autrui est primordial

Dans le monde du bouddhisme, le vol n’est pas toléré. Le fait de voler la richesse ou la propriété d’autrui est strictement interdit. Le vol peut se manifester de différentes façons. Il peut être direct, c’est-à-dire que c’est le pratiquant lui-même qui a l’intention et le désir de s’approprier le bien d’autrui soit par la force ou par la tromperie. Cela peut aussi être indirect par l’intermédiaire d’autrui.

Pas d’inconduite sexuelle, garder notre nature à l’état pur

La pratique d’inconduite sexuelle ou de la luxure est interdite. L’adultère est logiquement interdit. En plus de cela, il faut garder en tête qu’il y a luxure s’il y a rapport avec une personne placée sous la protection d'un parent ou avec quelqu'un qui est déjà marié. Tous les trois sont malsains, car ce sont en même temps des expressions d'avidité et de violence.

Pas de mensonge, il faut être honnête

Le mensonge n’est pas non plus toléré. Le fait de défigurer une vérité est déjà considéré comme mentir. Ce précepte invite à donner une valeur sacrée au mot, car selon le bouddhisme, la véracité est une source de confiance. La parole fausse est celle qui prend ses racines dans l'avidité, la haine ou la peur.

Pas de substances intoxicantes, Respect pour l’esprit clair

La consommation de drogue ou d’alcool est également interdite chez les bouddhistes. La consommation engendrera donc une perte de la prise de conscience. C’est pour cela que les bouddhistes sont en faveur de la pratique de la méditation, cette dernière qui est un moyen essentiel pour atteindre la joie qui émane de la libération. D’ailleurs, dans certains pays bouddhistes ce dernier précepte est interprété comme nécessitant l'abstention totale de la prise de boissons alcoolisées. En revanche, dans d'autres pays bouddhistes, il est interprété comme nécessitant la modération dans la prise de quoi que ce soit pris à l'excès, résulterait probablement en une intoxication.

Les cinq préceptes de l’éthique bouddhiste ne sont pas là pour réprimer, mais au contraire pour libérer l’être humain. Dans le bouddhisme, il est très important de briser les attaches et de permettre à la conscience de s’ouvrir au maximum. C’est pour cette raison que toutes ces normes cherchent à promouvoir le bien-être individuel et non la soumission à des autorités morales.

Le Nirvana et le principe de réincarnation

nirvana bouddhisme

Le Nirvana est défini comme la fin des cycles de réincarnation. Au bouddhisme, le but ultime d’un bouddhiste est d’atteindre le Nirvana.  L’atteinte de ce dernier mettra fin à toutes souffrances et illusions qui sont des sources de malheur pour l’être humain. Le nirvana peut être aussi défini comme la fin de l’ignorance. Selon les bouddhistes, l’être humain se réincarne jusqu’à atteindre le Nirvana. Il faut savoir que les réincarnations prennent de différentes formes.

En d’autres termes, un être humain dans cette vie ne sera peut-être pas réincarné en humain dans sa prochaine vie, mais en tant que végétation ou autres sources de vie. Dans le Bouddhisme, le Nirvana est cette étape où l’âme arrive à se détacher de tous les désirs du corps et où le cycle du Karma est interrompu pour faire place à l’Éveil. Mais comment faire pour atteindre le Nirvana et ainsi mettre fin aux cycles de réincarnation ?

Pour atteindre le Nirvana, un seul chemin s’offre aux Bouddhistes qui est le détachement de tous les désirs. Les règles du Bouddhisme prennent toutes leur sens dans cette situation, car elles constituent les outils pour atteindre le Nirvana. Pour réussir à renier ses désirs, le Bouddhiste ne recherche pas la richesse, il ne succombe pas aux envies charnelles, il fait preuve de bonté envers les autres et il s’adonne à la méditation.

Quoi qu’il en soit, la méditation représente le dernier moyen d’atteindre le Nirvana spécialement la méditation qui précède la mort. Lors de cette pratique, le Bouddhiste fait abstraction du monde afin de comprendre ce qui est important, ce qui possède une réelle valeur. Il renforce ainsi son esprit afin de faciliter la répression de ses envies.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.