Comment pratiquer le bouddhisme ? | Bouddha Bouddhisme™

Comment pratiquer le Bouddhisme, Conseils de bouddhiste expérimenté -

Comment pratiquer le bouddhisme ? | Bouddha Bouddhisme™

de lecture - mots

Pratiquer la Religion bouddhiste demande du temps et de la patience !

Bouddha vient d’une famille très riche avant d’être une illumination et une icône pour le bouddhiste. Il a passé le reste de sa vie à enseigner les principes du bouddhisme qu’on appelle le Dhamma. Celui-ci est à la fois une religion, mais aussi un mode de vie. Les règles dans cette croyance sont très strictes. Cela signifie la Vérité. Il a enseigné jusqu’à sa mort à l’âge de 80 ans. Dans cet article, on va présenter les différentes étapes de la pratique du bouddhisme.

https://bouddha-bouddhisme.com/products/bracelet-triple-protection-oeil-de-tigre-hematite-obsidienne?_pos=1&_sid=3300428d6&_ss=r

Qu’est-ce que le bouddhisme ?

Le Bouddhisme est une religion orientale pratiquée par plusieurs pays d’extrême orient comme la Chine, le Vietnam, la Thaïlande, la Sibérie et d’autres pays aux alentours. Néanmoins, il est actuellement reparti dans le monde entier. Il est célèbre pour ses pratiques de la méditation et de la croyance d’incarnation. Le bouddha est une icône de la philosophie du bouddhisme. Elle incarne la culture asiatique et de l’Us ainsi que la coutume orientale. Le bouddhisme explique un but de la vie, l’inégalité et l’injustice.

Cette doctrine s’est transmise de génération en génération par l’enseignement oral avant d’être actuellement consignée. C’est après nombreux siècles après la mort de Bouddha que les textes sur la foi bouddhiste ont existés. En effet, le bouddhisme fait partie d’une des religions les plus anciennes de l’histoire religieuse.

Suivre à la lettre les vœux du bodhisattva

 pratiquer le bouddhisme

Les vœux du bodhisattva sont la série d’engagements la plus connue et la plus récitée quotidiennement en Extrême-Orient. Au nombre de quatre, on peut retrouver ces vœux dans de nombreux soûtras du Mahayana. Ceux-ci représentent l'essence de l'idéal du bodhisattva. Ils sont aussi implicites dans l’idéal du bodhisattva ainsi que dans le bouddhisme même. Les quatre grands vœux contiennent les aspirations spirituelles de nombreuses personnes. C’est aussi une affaire publique faisant partie d’une réalité publique.

Il faut savoir que tout le monde sans exception souffre intérieurement que ce soit les riches ou les pauvres, les mendiants ou les percepteurs d’imports. Cependant, ils souffrent le martyre au quotidien, car ils sont à la recherche du bonheur.  La souffrance est causée par l’envie et l’aversion. On est souvent exposé à la tentation et à la malversation au quotidien. A chaque fois qu’on est en contact avec autrui, on est exposé à d’autres personnes qui influencent la pensée.  On a tendance à se conformer, à manipuler et à aliéner aux exigences de l’entourage. Seulement, d’après les vœux du bodhisattva, il est possible de se sortir de cette souffrance si on décide d’atteindre le Nirvana et de vivre un mode de vie selon le Noble Chemin. Pour chercher le bonheur, il ne faut pas se décourager. Au contraire, il faut persévérer.

Selon les vœux du bodhisattva, il est nécessaire d’atteindre le nirvana pour avoir une vie sans souffrance. Le nirvana signifie l'état de Bouddha. C’est le but suprême de la méditation bouddhiste. Il est tout à fait possible d'atteindre le nirvana à condition de se surpasser de la souffrance spirituelle et corporelle. On doit aussi s’ouvrir au monde et explorer les connaissances ainsi que les concepts de sagesse. L’objectif est de connaitre soi-même ainsi que le monde pour éviter les facteurs perturbateurs. Ces derniers mènent toujours à la souffrance qui emprisonne l’esprit. Pour se libérer donc, il faut se détacher des attachements matériels et le désir de la chaire.

Par ailleurs, pratiquer le bouddhisme implique également de continuer à apprendre. L’éducation permet de se libérer de ce fardeau. Lorsqu’on connait et comprend un peu la vie et le monde, on sait comment agir et comment faire. On ne peut pas se tromper si on connait les causes et les conséquences des actes.

Respecter les préceptes et les engagements bouddhistes

 faire du bouddhisme

D’après la pratique bouddhiste, il existe des commandements qu’il faut impérativement respecter. Le premier est d’éviter de tuer un être vivant que ce soit un être humain, un animal ou même un insecte. Tout ce qui appartient à la nature est sacré. Dans ce cas, il est interdit de mettre un terme à leur vie. La pratique du bouddhisme encourage à aimer les créatures et d’éviter toute forme de violence à leur encontre. C’est à cause du respect de la vie des créatures vivantes que la plupart des bouddhistes sont devenus végétariens. D’après la foi bouddhiste, on ne condamne pas les actions de déviance à ces préceptes, mais les conséquences seront attribuées dans l’au-delà.

L’interdiction de voler est également l’un des piliers du précepte bouddhiste. Il est fortement interdit de prendre quelque chose qui n’appartient pas à soi-même même de la nourriture. On doit résister à la tentation et au désir de posséder en force une chose qui appartient aux autres. Le fait de s’abstenir est donc un mode de vie bouddhiste.

En outre, la manipulation et l’exploitation d’autrui sont aussi un tabou pour la croyance bouddhiste. Cela concerne toute forme d’exploitation que ce soit physique, sexuel ou sentimental. Toute relation avec une personne doit être consentante et avec respect de l’autre. La pratique du bouddhisme ne signifie pas et n’exige pas l’abstinence. Il faut seulement avoir le contrôle de soi et être conscient de tous les actes et agissements de soi envers toutes relations émotionnelles. Il est évident que l’enseignement bouddhiste prohibe toute forme de perversion et d’adultère. Il encourage cependant la simplicité d’une relation, l’honnêteté et la sincérité.

La religion bouddhiste incite les pratiquants à toujours être honnêtes envers soi-même et envers les autres. Tenir de faux discours ou de faux témoignages est un sacrilège dans la pratique du bouddhisme. Cela signifie qu’il ne faut absolument pas mentir lorsqu’on aspire à suivre cette religion.

La dernière règle de vie d’un bouddhiste est l’interdiction de consommation des produits psychotropes. Ces substances sont les drogues, l’alcool, le tabac et les produits hallucinogènes. La consommation de ces substances toxiques affecte la pleine conscience et peut troubler l’esprit. Souvent, les toxicomanes ne sont pas maîtres de leur décision. Ces produits leur font souffrir et leur font des actes irréfléchis comme la violence, le vol et l’arnaque.

Maîtriser la pratique du bouddhisme à travers ses enseignements

 personne qui pratique le bouddhisme

Dans la pratique du bouddhisme, il existe des enseignements permettant d’aider chaque personne à connaître le fonctionnement de son esprit. C’est à chacun de trouver la pédagogie avec les enseignements et les méditations correspondantes qui l’aideront à avancer. Cette étape est très importante pour ne pas faire n’importe quoi dans la vie. Le premier enseignement est de prendre en considération le karma. Ce dernier est  une loi de cause à effet comme le concept de déterminisme. La philosophie bouddhiste croit que toute cause a une conséquence et une conséquence a une cause. Cela signifie que les actions passées déterminent les vies futures. On doit donc être en connaissance de cause avant d’agir ou de prendre une décision importante. Le karma conduit d’après la croyance bouddhiste au samsara. En effet, ce sont les actes qui déterminent la condition à venir. D'où la nécessité d'une conduite morale pure pour avoir un bon karma et renaître dans une condition supérieure ou atteindre le nirvana, si l'on s'est dépouillé de tout mauvais karma. En revanche, si on fait de bonnes actions, on peut être sûr d’avoir la tranquillité d’esprit. Elles procurent également du bien-être.

Croire au samsara

Dans la religion bouddhiste, il existe des us et coutumes que chaque bouddha doit suivre. Dans la pratique du bouddhisme, il faut donc croire à ses croyances, dont le samsara que l’on appelle réincarnation en occident. Le Samsara définit une croyance sur le cercle vicieux de la vie de l’Homme. Cela concerne l’incarnation et la renaissance des hommes après la mort. C’est un cycle infini où l’Homme souffre constamment et indéfiniment, car il est raccordé au samsara. Personne ne peut échapper à son samsara. D’après la croyance bouddhiste, c’est sous l’arbre de l’éveil que Bouddha prend conscience du samsara. Il était en train de se souvenir de ses vies antérieures.

Il est à noter que le samsara a pour essence la vacuité, pour propriété la souffrance et pour aspect la méprise.

Respecter la nature

 samsara

Si on veut pratiquer le bouddhisme, un individu doit vivre humblement en respectant la nature. L’humilité est sans doute la valeur fondamentale de la pratique bouddhiste. Une personne d’après cette religion doit accepter ce qu’il est et se résigner. Il doit explorer un peu plus la sagesse et la connaissance que la richesse matérielle et le pouvoir.

Le fait d’atteindre la voie du milieu fait aussi partie des préceptes bouddhistes. C’est un enseignement très particulier qui permet au pratiquant du bouddhiste de se préserver de l’exagération et de l’extrême. D’après la croyance bouddhiste, seul le juste milieu est la voie du bonheur. C’est aussi la voie pour la cessation de la misère et de la souffrance.

Pratiquer le bouddhisme en faisant la méditation

 Dans la religion bouddhisme, chaque personne doit faire de la méditation pour la stabilité de l’esprit, le mental et le corps. Cette technique consiste à s’apaiser et à se cadrer face à une situation difficile ou problématique. Elle a pour objectif de calmer le mental et de se centrer dans son corps. Son avantage est de fournir la paix en soi. Ainsi, on peut assurer avec efficacité les responsabilités quotidiennes. La méditation serait également une méthode efficace de concentration. Elle est basée sur la respiration considérée comme le pilier de la méditation et de la majorité des moyens de relaxation. La respiration est excellente pour réduire les pensées négatives qui viennent troubler l’esprit. En se focalisant sur cette respiration, on peut occuper le cerveau en le centrant sur quelque chose de calme.

La méditation bouddhiste apporte aussi de nombreux bénéfices pour la personne qui la pratique notamment sur son développement personnel, son mental, son corps, sur sa santé en général, mais aussi sur ses aspects relationnels. Elle est considérée comme l’une des meilleures solutions pour éliminer toutes les formes de contraintes, libérer le stress accumulé, favoriser les expériences et les intentions positives. Puis, durant cette pratique, on peut profiter au maximum de la tranquillité de la conscience.

Par la suite, ce genre de pratique permet également de diminuer la pression artérielle et l’hypertension, faire descendre le taux de cholestérol, réduire la production des hormones du stress, améliorer la fonction immunitaire et diminuer l’anxiété, la dépression ainsi que l’insomnie. C’est le bienfait de ce type de méditation sur le plan physiologique et psychologique.

En outre, la médiation améliore la capacité de la mémoire et la faculté d’apprendre. En effet, c’est un procédé efficace pour éveiller de nouvelles connexions neuronales et même transformer les régions du cerveau.

Apprendre à toujours se calmer

 rester zen

Pour pouvoir pratiquer le bouddhisme, il faudrait également apprendre à gérer ses émotions, à mieux se connaître et à gagner en sérénité. Afin d’y parvenir, quelques règles doivent être respectées. Comme les êtres humains ont tendance à suivre les règlements sociaux, les contraintes établies par la société, il faut que l’individu apprenne à se détacher et à se lâcher intérieurement du monde réel. Cela est utile pour alléger un peu la conscience et nourrir la liberté. Ensuite, durant ce temps d’allégement, il faut se concentrer un peu plus sur sa voie et ses objectifs dans la vie. D’après la croyance bouddhiste, chacun possède au moins un talent et une compétence sur une chose. Le but est d’optimiser sa faculté personnelle en essayant d’exprimer la force de ses pensées. D’ailleurs, chaque talent a des besoins uniques correspondant à l’expression créative. C’est ce qui permet de donner une signification à la vie.

Une des règles à considérer dans l’apprentissage bouddhiste est de croire aussi à l’existence d’une vie spirituelle ainsi que la valeur fondamentale de l’esprit. Avec une telle vision de la vie, on peut déjà apprécier ce que l’on a en exprimant l’amour facilement aux autres.

Prendre le temps pour se reposer dans le silence pour avoir accès au dialogue intérieur avec soi-même fait partie de la première pratique de la méditation bouddhiste. Cela consiste à laisser tomber le fardeau qui pèse sur la conscience et s’élever dans une vie métaphysique en respectant bien sûr les règles de la croyance et la pratique bouddhiste.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.