Ensō | Le Cercle des Lumières dans le Bouddhisme

Enso -

Ensō | Le Cercle des Lumières dans le Bouddhisme

de lecture - mots

Dans leur sagesse et leur simplicité, les maîtres zen diront qu'un Cercle Enso ne peut être expliqué. On ne peut qu'en faire l'expérience. Ceux qui pratiquent l'art de l'Enso diront que c'est à la fois simple et difficile. Ces deux déclarations expliquent parfaitement cette forme d'art japonais ancien.

cercles des lumières

Vous avez peut-être vu le cercle Enso dans l'art, les tatouages ou ailleurs.

Mais savez-vous ce qu'il représente et symbolise ?

Que signifie le cercle d'Enso ?

Dans ses termes les plus simples, Enso est le mot japonais qui signifie " cercle " ou " forme circulaire ". Pensez à un cercle régulier. Vous pourriez choisir de le voir comme une représentation du rien (c'est-à-dire du zéro).

D'autre part, le cercle pourrait être une forme qui englobe tout ce qui s'y trouve. Peut-être le voyez-vous comme les deux. D'une certaine manière, c'est l'incarnation même d'un état d'esprit zen, où rien ni rien n'existe. La forme est nulle et nulle est la forme.

L'anneau Enso, également appelé cercle zen, est une forme circulaire qui est dessinée pour exprimer l'intégralité ou le vide du moment présent. De plus, la façon dont on dessine le cercle représente son état d'esprit à ce moment particulier. Un cercle Enso est un timbre de tout ce qui s'est passé au cours du processus de dessin.

L'histoire du Cercle d'Enso

cercle d'enzo

Un Enso n'est pas un personnage, mais plutôt un symbole influencé par la calligraphie japonaise. Les racines de cette calligraphie remontent au 28e siècle av. J.-C. en Chine, d'où elle fut importée au Japon au 5e siècle ap.

Pratiquée principalement par les moines et nonnes bouddhistes avant d'être adoptée comme outil administratif de l'Etat, la technique de calligraphie orientale a été largement influencée par la pensée zen.

Aujourd'hui, l'une des plus anciennes calligraphies japonaises existantes est une inscription sur la célèbre sculpture du Bouddha de la médecine trouvée dans le temple Horyu-Ji.

La voie zen de la brosse

Le zen se réfère typiquement à un aperçu de la nature de Bouddha à travers la méditation et l'expression de cet aperçu dans la vie quotidienne d'une personne. Bouddha - la nature est la reconnaissance de la nature de l'esprit pour ce qu'il est - quand on va au-delà des illusions de l'esprit.

Le bouddhisme est la pratique ou le chemin qui mène à cette compréhension - à l'éveil de la vraie nature de la réalité.

La création d'un Enso japonais est similaire en pensée et en pratique. Un Enso est dessiné d'un coup de pinceau continu, avec une seule chance de l'exécuter jusqu'au bout. Il n'y a pas de retour en arrière pour corriger la situation.

Tout d'abord, cela exige de la concentration et de la certitude. Cela ne peut se faire que par la pleine conscience, c'est-à-dire par la capacité d'éclaircir son esprit et d'être pleinement présent dans le moment présent.

Mais en même temps, dessiner un Enso nécessite d'être fluide. Vous ne pouvez pas consciemment faire une pause entre deux coups de pinceau pour vous préparer à un résultat parfait. Cela exige de pratiquer l'inconscience. Ne pas se soucier de la compétence, de l'effort et du résultat.

On le laisse simplement couler de l'inconscient. L'inconscience est l'un des piliers du bouddhisme zen qui encourage la connexion avec le spirituel plutôt que le physique. En tant que tel, dessiner le cercle Enso a été désigné comme la manière zen de la brosse.

Non-créativité créative 

"L'Enso représente l'intégralité de l'expérience. C'est la non-dualité ", explique Kazuaki Tanahashi, calligraphe japonais et professeur de zen.

"Parce que cela ne dépend pas de la langue, vous pouvez contourner l'intellect et communiquer plus directement. C'est simple parce que c'est un cercle, mais c'est une expérience très exigeante car il n'y a aucune explication. Tu dois vivre avec ça. Un Enso se fait de manière décisive, une fois pour toutes, sans aucune correction. Mais il n'est pas si créatif. Dessiner un cercle zen est donc une expérience créative sans faire appel à la créativité."

L'Enso et le Wabi-Sabi (Beauté imparfaite)

zen

Un Enso finit par être une expression unique de la réalité actuelle de l'artiste dans toute sa goreur et sa gloire.

Dans l'art et l'esthétique, l'expression d'une beauté temporaire et imparfaite est appelée Wabi-Sabi. Pensez-y comme le sentiment que vous ressentez quand vous voyez un vieux bol de porcelaine rustique ébréché ou le sentiment de crainte évoqué par un paysage rude.

C'est la perfection du lotus qui fleurit dans un étang boueux. Dans son essence esthétique, Wabi-Sabi est naturel, authentique, asymétrique, brut, simple et minimal.

Dans le bouddhisme, Wabi-Sabi est utilisé pour désigner l'existence des trois états :

  1. Impermanence
  2. Souffrance
  3. Le néant

Dans un cercle Enso, la forme (le coup de pinceau) est vide (le centre du cercle) et vice versa.

La réalité de la vie est que rien ne dure, rien n'est complet et rien n'est parfait. Parce que dessiner un cercle Enso implique un seul coup de pinceau, non répétitif et incomplet, cela ne dépend pas de la'perfection'. Pourtant, dans cette imperfection, la réalité de sa vraie nature s'exprime instantanément et pleinement.

Chaque fois que le calligraphe doit dessiner un nouvel Enso, le précédent est laissé de côté. Cette transition est l'impermanence de tout.

Dessiner un Enso peut se définir comme la pratique d'exprimer la beauté imparfaite (souffrance, vide) (vie, conscience, liberté) du moment présent, le laisser aller et tout recommencer.

Avant d'apprendre à dessiner un Enso

Apprendre à dessiner un " bon " symbole zen va à l'encontre du but recherché. Dans cet art, l'habileté n'est pas importante.

On raconte l'histoire d'un jeune moine zen nommé Hakuin. Il avait fait l'objet d'une intense peinture de symboles - ses traits étaient polis de façon exemplaire. Un jour, il vit l'œuvre d'un vieux maître zen qu'il admirait beaucoup. Mais Hakuin fut très surpris de voir à quel point les coups du Maitre étaient rustiques et non polis.

En y réfléchissant, Hakuin s'est rendu compte que son travail ne venait pas d'une expression de la réalisation de soi, mais de l'apprentissage. Réalisant que l'art zen se développe à partir d'années de discipline et de recherche de l'illumination, Hakuin brûle ses pinceaux et ne revient à l'art qu'après 40 ans de pratique zen.

La morale de cette histoire est que l'art zen est une expression extérieure de l'état intérieur. Dessiner un Enso prend le temps qu'il faut pour se réveiller. Pour la plupart d'entre nous, c'est un travail à vie.

La beauté de cela est que même l'imperfection du débutant est parfaite parce qu'elle sert à capturer le moment présent. Le moment présent est parfait. Elle est complète. C'est un cercle.

Comment dessiner un Enso

Les Ensos se présentent sous différentes formes.

  • Certains ont des traits audacieux avec des soies pulvérisées, et d'autres sont maigres et propres.
  • Certains sont des cercles presque parfaits tandis que d'autres sont plus oblongs.
  • Certains forment un cercle complet, d'autres une boucle.
  • Certains maîtres utilisent les mêmes traits de motifs à plusieurs reprises (ils ne sont pas intéressés par la variété) mais vous remarquerez que chaque Enso reste différent de l'autre - exprimant ainsi le caractère unique de chaque moment.
  • Certains incluent des mots à l'intérieur ou autour de leur cercle expliquant la signification profonde de l'artiste. L'art zen est aussi diversifié que les âmes qui le parcourent.

Vous n'avez pas besoin de dessiner un Enso sur papier avec un pinceau et de l'encre. On peut le faire dans l'air - d'un seul coup de doigt invisible, les pieds sur le sable ou la neige, et on peut utiliser des pierres ou des pierres énergétiques pour dessiner un motif dans une pièce.

Mais pour rester simple, voici comment peindre un Enso sur papier et obtenir une photo de votre état intérieur en 15 secondes ou moins.

Trouvez une surface stable.

  1. Assurez-vous que votre papier/matériel est stable. Vous pouvez placer légèrement une de vos mains dessus.
  2. Trempez votre pinceau dans l'encre/la peinture. Saturer le pinceau.
  3. Tenez la brosse à l'horizontale par rapport au papier - ou vous pouvez trouver des œuvres pour vous.
  4. S'assurer que les soies sont complètement couchées sur la page.
  5. Ne bougez pas, détendez-vous.
  6. Inspirez profondément. Lorsque vous expirez, laissez votre pinceau couler en cercle sur le papier ou la toile.
  7. La plupart des gens suivent un mouvement de gauche à droite, de haut en bas, mais vous pouvez peindre dans n'importe quelle direction.
  8. Faites-le d'un seul coup, de préférence le temps qu'il vous faudra pour terminer l'expiration.

Voici une vidéo qui montre le processus étape par étape. Mais encore une fois, ne vous inquiétez pas d'essayer de bien faire les choses. source : chaine youtube : Esteban Martinez

 L'utilisation d'Enso en dehors du bouddhisme

tatouage bouddhisme

Dans les temps modernes, un grand pourcentage d'artistes zen accordent beaucoup d'importance à sa nature ésotérique telle qu'elle est prescrite dans les limites du bouddhisme. Mais beaucoup en Occident ont utilisé le même concept dans d'autres domaines.

Plusieurs firmes de design sont connues pour utiliser des adaptations du symbole sur des logos et d'autres structures afin d'exprimer une culture d'entreprise de créativité et d'autres concepts connexes.

Diverses disciplines de l'art et d'autres métiers d'art utilisent l'art zen pour améliorer leur propre technique. Par exemple, il y a un dicton dans les arts martiaux qui dit que si vous êtes habile avec l'épée, vous êtes habile avec le pinceau. Peindre l'Enso peut améliorer la posture du combattant, sa clarté mentale et son travail des pieds et des mains.

En dehors du bouddhisme, ce symbole n'a jamais autant été utilisé pour exprimer l'individualité que dans l'art corporel et les tatouages.

Appliquer l'Enso dans votre vie quotidienne

La recherche de l'illumination et des pratiques connexes est maintenant plus enracinée dans les moyens d'existence quotidiens de la société occidentale. 

Par-dessus tout, ces pratiques, y compris l'art Enso, nous apprennent à être pleinement présents. Ils nous encouragent à nous concentrer sur ce que nous faisons et à être conscients de l'expérience que cette activité est en train de créer.

L'activité peut consister à lire, manger, conduire ou écouter un ami. La pleine conscience ajoute un sens à toutes les expériences de la vie. Le sens qu'il ajoute, c'est que, aussi parfait ou imparfait que soit le moment présent, c'est le seul qui compte.

Le passé (l'Enso d'hier non poli) ou l'avenir (l'Enso de demain qui pourrait être meilleur avec la pratique) n'ont pas d'importance. Mais peu importe que le moment présent soit bon ou mauvais, il arrivera.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.