L’histoire Du Bouddhisme

Histoire du Bouddhisme, Origine du Bouddhisme -

L’histoire Du Bouddhisme

de lecture - mots

Le bouddhisme fait partie des plus grandes religions dans le monde. Dans celle-ci, l’éthique est basée sur le fait que les actions du corps, de la parole et de l’esprit aient des conséquences pour autrui et pour soi-même. Le bouddhisme présente un ensemble de pratiques méditatives, de rituels religieux, de pratiques éthiques et de diverses théories.  Dans cet article, on va présenter l'histoire du bouddhisme.

histoire du bouddhisme

Les Origines du Bouddhisme

Le bouddhisme est né en Inde du Nord à la fin du VIe siècle plus précisément dans la vallée du Gange moyen. Sa fondation est attribuée à un prince d’une famille royale du Népal qu’on appelle Siddhârta Gautama. Il est connu de tous par le nom de Bouddha.

Après avoir découvert les misères de la condition humaine, il a décidé de tout quitter pour se vouer à la vie ascétique. Il a enseigné aux hommes, le moyen d’échapper à la souffrance et d’atteindre au Nirvana à savoir le paradis. À la suite de ses multiples méditations, il a une révélation ou une illumination. Pendant quarante-cinq ans, le Bouddha poursuivit son ministère, en voyageant sans cesse et prêchant dans les principales villes à l'est du Gange.

Le Bouddha organisa sa communauté de moines errants appelés le Sangha. Après sa mort vers 480 avant Jésus-Christ, des communautés bouddhistes se sont formées et des monastères se sont créés. En Inde, la majorité des lieux associés au Bouddha sont des centres de pèlerinage destinés pour les bouddhistes.

Au fil du temps, le bouddhisme se présente sous différentes formes. La plus proche de la doctrine originale est le petit véhicule. Cette forme s’établit peu à peu de Ceylan en passant par la Birmanie et l’Indonésie jusqu’au Laos. Selon ce petit véhicule, il n’y a pas de dieu. Après la disparation de celui-ci, une autre voie conduit le bouddhisme à travers la Mongolie jusqu’à la Chine et le Vietnam. La forme qu’il revêt dans ces pays est le grand véhicule. Selon ce dernier, il y aura d’autres Bouddhas. Enfin, la troisième forme de bouddhisme est le véhicule de diamant dont son Chef est le Dalai Lama.

La vie et la jeunesse du Bouddha

Le Bouddha est un personnage historique. Il a su acquérir la dévotion d’une grande population dans le monde. Grâce à ses multiples miracles, le prince Siddhârta qui signifie celui qui accomplit ses buts a commencé ses œuvres aux environs de 563 avant notre ère. Son père appartenait à la classe des guerriers. Il appartenait à une famille noble.

Son patriarche était le chef du clan des Çakya, d'où le nom de Sakyamuni traduit et surnommé comme le solitaire de la famille des Çakya. Leur nom de famille est Gautama, parce qu'ils étaient de la race des Gotamides. Siddhârta fut élevé comme un guerrier, mais non comme un philosophe ou comme une grande pensée. Son père veillait à ne pas le laisser sortir de leur domaine. En effet, des brahmanes auraient prédit qu'il s'enfuirait une fois qu'il prendrait conscience de la vieillesse, de la maladie, de la mort et de l'existence des arhats.

Bouddha vécu pendant sa jeunesse dans la noblesse et la luxure de palais. Il eut une épouse et un enfant. Ensuite, il rencontra dans le jardin royal un vieillard, puis un malade et enfin un yogi. Cela lui ôta toute satisfaction et lui a pris conscience de la souffrance du monde. À cause de cela, Bouddha commença à réfléchir sur les conditions humaines. Il souffrait de plus en plus de constater et d’observer les malheurs de son entourage. La souffrance et la douleur du monde l'avaient convaincu de consacrer et même de sacrifier sa vie pour autrui. À ce moment, il n’avait que 29 ans à peine.

Le commencement de l’éveil et de l’enseignement de Bouddha

Après cet éveil spirituel de la dure réalité du monde, Bouddha abandonna sa femme et son fils et commença à s’instruire et à méditer. Pendant six ans, sous la conduite de deux maîtres du yoga, il se livra aux exercices les plus durs et il devient moine. Mais cette vie d'ascète ne le satisfaisait pas et les privations faillirent le tuer. Il finit par s’évanouir. On dit que c'est une femme qui le sauva de la mort en lui donnant du lait et du miel. Ses disciples au nombre de cinq s'écartèrent de le prendre en charge et de le suivre à cause du parjure. Les moines croient que le contact avec une femme et ces aliments l'avaient rendu impur. Il était devenu un intouchable.

Bouddha continua à enseigner de village en village. Souvent, il apprend aux villageois les résultats de ses méditations. La foule qui le suit est de plus en plus nombreuse à s’intéresser à ses conseils. Toutes les personnes avec qui il a pris contact étaient étonnées et impressionnées par sa façon de s'exprimer, par son visage et par ses manières gestuelles de communiquer. Il se communique avec autrui de manière très joyeuse avec un sourire enfantin.

Son expression illuminait ses disciples. Ces derniers croyaient fermement que son image reflétait la sérénité et l’humilité de l’âme. Tandis que ces gestes reflétaient sa modestie et son honnêteté. Aucun des mouvements et expressions de Bouddha n’exprime la contrainte, la violence, le désir et l’instabilité. Tous ses comportements étaient parfaitement simples, désintéressés et compréhensifs.

Bouddha était célèbre par son attitude concernant le détachement total de la perversion du monde et des êtres humains. Les gens le suivaient, car il n’affligeait aucune pression et aucune pénitence à personne. Tout ce qu’il faisait c’est de monter la voie de la sagesse et le bon comportement. Durant de nombreuses années, Bouddha s’infligea de douloureuses pertinences sans atteindre la vérité absolue. Or, un jour, il a décidé de s’asseoir au-dessus d’un figuier pour méditer. Il a fait une promesse de rester sous l’arbre jusqu’à ce qu’il trouve l’élimination spirituelle.

Il déclare que même si son corps se dessèche, il ne bougerait pas au-dessus de l’arbre tant qu’il n’aura pas pénétré la science suprême. Cela montre la persévérance de Bouddha à atteindre son but ultime qui est l’éveil et l’illumination. Il se plongea alors dans une méditation profonde. Cette recherche de vérité durait sept semaines. Il contempla paisiblement le fonctionnement de son esprit et en découvrit les caractéristiques et les lois. Connaissant ainsi les causes du mal-être, de la souffrance, il s'en libéra et atteignit l'Éveil à la dernière veille de la nuit. L’illumination libératrice lui a ouvert les esprits.

Les dogmes du bouddhisme

historique des bouddhistes

Les dogmes du bouddhisme appelés theravada sont en grande partie empruntés à la philosophie brahmanique. Ils affirment l’éternité de la matière élémentaire qui se combine et se recombine indéfiniment suivant une loi fatale. Ce sont des caractères de ce qui est irréfutable. Ces dogmes sont la croyance en la renaissance, la croyance au Nirvana, la croyance que le monde est illusion, la croyance que la souffrance naît de l’envie et la croyance que Siddhârta a historiquement existé. C'est le plus grand homme qui ait existé, car il a longuement médité. Cet homme est surnommé Bouddha, car il a atteint l'éveil.

Les éléments qui composent les dogmes du bouddhisme sont les préceptes, le noble sentier octuple, les quatre nobles vérités et les vertus transcendantes. En premier lieu, pour ce qui est des préceptes de Bouddha, ils enseignent à tous les bouddhistes à ne pas tuer des êtres vivants, à ne pas voler, à ne pas commettre de l’adultère ni d’avoir une conduite sexuelle incorrecte, à ne pas mentir et ne pas s’énivrer. Ensuite, en ce qui concerne les quatre nobles vérités, elles sont le Dukkha, le Samudaya, le Nirodha et le Marga. La première vérité fait allusion au fait que toute existence en elle-même est insatisfaisante. Tout le monde sans exception vit une souffrance dans la vie. 

Même la personne ayant le moins de problèmes connaît la souffrance. Le bonheur n’est donc jamais complet puisque la souffrance est constamment présente. Dans la seconde vérité, on constate que toute souffrance provient de l’attachement, de l’ignorance et du désir. Toutes les choses qu’on désire engendrent souvent l’insatisfaction et ainsi le malheur. Après, dans la troisième vérité, on annonce que la souffrance peut être éliminée. De cette manière, on peut parvenir à vaincre la douleur en éliminant complètement le désir et l’attachement inhérent à toute existence.

Pour ce faire, on devrait réaliser un travail d’introspection à travers la méditation pour trouver l’origine de la souffrance. Enfin, pour la quatrième noble vérité, c’est le noble chemin octuple représenté par la compréhension juste, la parole juste, l’action juste, le mode de vie juste, l’effort juste, l’attention juste et la concentration juste. Par ailleurs, dans les vertus transcendantes, il faut pratiquer l’aumône, la moralité parfaite, la patience, la bonté et la charité.

En outre, dans les dogmes du bouddhisme, il existe la bienveillance universelle développée par la pratique de méditation, la compassion qui est née de la rencontre de la bienveillance et de la souffrance d'autrui et la joie sympathique qui consiste à se réjouir du bonheur d'autrui. Il ne faut pas oublier l'équanimité ou la tranquillité, qui va au-delà de la compassion et de la joie sympathique, est un état de paix face à toute circonstance, heureuse, triste ou indifférente.

Concernant le Nirvana

Selon les enseignements de Bouddha, celui qui a suivi à la lettre ces dogmes a la possibilité d’atteindre la perfection, le Nirvana et le bonheur. Il peut ainsi devenir bodhisattva. Le Bouddha explique le Nirvana comme étant un état dépourvu du désir et de la souffrance. Il mène sur le chemin de la délivrance finale. Il ne faut pas confondre le Nirvana avec un quelconque paradis chrétien. Ce n’est pas un lieu où l’on va ni un endroit où l’on continue d’exister après la mort, mais un état mental. C’est une tranquillité d’esprit, un bonheur.

On peut également voir le Nirvana comme une prise de conscience absolue de la totalité des phénomènes, qui engendre un état de plénitude ultime et sans fin. Quoi qu’il en soit, cet état met fin au cycle des réincarnations dans le bouddhisme. Lorsqu’un Bouddha meurt, il reste en état de nirvana et ne renaît plus, car il s’est libéré du cycle infini des naissances et des renaissances. Avant de mourir, Bouddha a dit qu’il est possible pour tout le monde d’atteindre le Nirvana. Il suffit d’observer les éléments qui peuvent causer la souffrance et de les éviter.

La répartition de la doctrine bouddhiste

Après de longs enseignements de village en village, Bouddha est reparti à Bérnès pour rejoindre les moines qu’il avait quittés des mois auparavant. Il leur parlait des huit vérités notamment de la voie moyenne, de la noble octuple voie et des quatre saintes vérités. Après quelques démonstrations et explications, de nombreux moines et riches marchands suivent l’enseignement de Bouddha et formaient ses disciples. Ces derniers marchaient avec leur maître dans toutes les villes et tous les villages pour réconforter les miséreux et les malheureux. Il enseigne les personnes qu’ils croisent à savoir vivre dans la droiture. Ils conseillaient et guidaient ces personnes dans le droit chemin et leur dévoilant la vérité.

Vers la fin du VIe siècle avant J.C, la doctrine bouddhiste se répartit en Inde. Un être exceptionnel avait trouvé le pilier du bonheur et avait dépassé les stades de la souffrance humaine. Il avait su trouver la lumière dans les ténèbres et la noirceur du monde. On l’appelle Bouddha qui signifie l’illuminé.

Actuellement, une grande partie des pays orientaux intègre le bouddhiste comme mouvement de pensée, mais non pas une religion. Aucun apprentissage ou texte dans le bouddhisme ne décrit Bouddha comme un Dieu. Il est un mortel qui a trouvé l’illumination de la pensée et qui a partagé ces vérités et éveils à son prochain. Le bouddhisme enseigne le bon mode de vie au quotidien et la meilleure façon de méditer sur soi-même et sur le monde. Plusieurs préceptes bouddhistes guident les disciples et les adeptes dans leur vie quotidienne. Ces préceptes interdisent tout agissement mauvais comme le fait de tuer, de voler, de mentir, de commettre des actes impurs et de boire des boissons enivrantes.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.