Le Bouddhisme et le Divorce

Bouddhisme et Divorce, Divorce -

Le Bouddhisme et le Divorce

de lecture - mots

Le mariage et la famille sont des institutions de base dans toutes les sociétés, qu’elles soient primitives ou modernes. Dans le bouddhisme, contrairement au christianisme et à l'hindouisme, le mariage n'est pas un sacrement. Bien qu'il n'y ait pas de vœux ou de rituels impliqués dans le cas d'un mariage, il est possible pour les couples bouddhistes de divorcer. Seulement, le divorce a lieu quand les conflits sont trop graves. On va présenter dans cet article les points importants à savoir sur ce divorce entre autres les causes, les conséquences, les initiatives à prendre pour l’éviter et son déroulement chez les bouddhistes.

bouddhisme et divorce

Comment se passe le Divorce dans le Bouddhisme ?

Dans le bouddhisme, le mariage est uniquement un contrat civil. La religion n’entre donc pas dans ce domaine. Mais, lors de l’union, le couple a la possibilité de visiter un monastère, d’offrir de la nourriture à la communauté monastique, de réciter les préceptes et de recevoir des enseignements de la part du Dharma. Les mariés pourront aussi obtenir une bénédiction venant des moines.

Toutefois, en cas de divorce, on n’effectue pas de liturgie. Les moines ne participent pas dans la procédure de divorce. Une telle activité et un tel service ne sont pas possibles pour eux selon leur idéologie. Pendant la procédure, on inclut tout simplement tous les textes ou passages que les époux ont signés lors de l’union. Puis, il faudrait trouver un inspirant administratif qui serait capable de défaire le mariage civil.

Un divorce est un moment destiné pour résilier ou rompre les accords et le contrat de mariage ainsi que les engagements tout en respectant les accords avec les cinq préceptes. Les idées du Bouddha sur cette rupture sont indéfinies. Pour lui, la désunion d’un couple est comme une affaire civile, mais non pas spirituelle et religieuse.

Il n’a pas vraiment une opinion sur le divorce. Il a seulement donné des propositions sur les comportements à avoir lorsqu’on se marie. Il faut donc savoir que la pratique du bouddhisme n’interdit pas vraiment le divorce au sens propre du terme. Il interdit tout simplement le non-respect du conjoint. Par ailleurs, la question généralement posée est que, si le mariage est béni et autorisé par les moines bouddhistes, est-ce que le divorce l’est également ?

Le bouddhisme peut s’inscrire dans certains aspects cérémoniels du mariage. On formule par exemple des vœux de réussite, de prospérité et de santé. On lit des sutta à cet effet et on récite des mantras ou des formules magiques spécialement dédiées à cet usage. Mais cette religion intervient peu sur les questions de divorce. L’enseignement bouddhiste éduque les couples à respecter les règles de conduite du sutta. Cela consiste à suivre les conseils vers la voie de la sagesse surtout au niveau du comportement envers son ou sa conjoint (e).

Le sutta contient par exemple des textes sur les actes qu’un mari ne doit pas commettre et ceux qu’il doit entreprendre envers son épouse et sa famille. Il contient également les actes qu’une épouse ne doit pas commettre et ceux qu’elle doit entreprendre envers son époux et sa famille. Ces bons actes sont enseignés pour éviter le divorce en question.

Le divorce et le bouddhisme

D’après la pensée bouddhiste, le divorce s’agit d’une affaire sociale et non spirituelle.  Ce phénomène a un plus gros impact sur le plan de la société que sur le plan du bouddhisme. Les bouddhistes apportent de nombreux conseils afin de rendre la vie de couple harmonieuse et plein de bonheur. Ils font aussi en sorte que les conjoints puissent se retrouver en paix et en bonne relation grâce à des enseignements.

Mais, il arrive que cet équilibre ne soit pas possible et que les caractères trop antagonistes ne s’accordent pas ou ne s’accordent plus. Quand les conflits deviennent trop sérieux ou trop graves, il est évident que la séparation entre les deux est la seule solution à laquelle se rallient les bouddhistes. Ces derniers acceptent en toute humilité l’évidence que si l’équilibre relationnel entre deux personnes n’y est plus, le seul moyen est de se séparer et de changer de partenaire de vie.

En revanche, dans les pays asiatiques, le divorce est plutôt délicat, car le mariage est plus un acte d’union familiale, mais pas d’union de deux personnes uniquement. 

Les principales raisons du divorce chez les bouddhistes

divorce bouddhisme

Tous les couples mariés souhaitent que leur union dure pour toujours. Seulement, il arrive qu’après plusieurs années, leur mariage ne fonctionne plus et ils finissent par divorcer. On recense plus d’un tiers de couples divorcés. Tous les pays du monde sont touchés par cette situation même chez les bouddhistes. Les raisons sont les mêmes. La plus fréquente est l’infidélité.

Qu'il s'agisse d'une relation d'un soir ou d'une double vie entretenue, tromper son partenaire reste de loin la cause la plus importante de divorce. C’est en constatant cela que Bouddha a créé le troisième précepte à savoir ne pas commettre d’inconduite sexuelle entre autres l’adultère. Ce précepte est destiné à tous les bouddhistes. Ils doivent le respecter pour pouvoir mener une vie de joie et plein d’harmonie. Si chaque couple bouddhiste suit ce précepte, il n’y aurait pas de divorce ni de souffrance. 

Puis, la seconde cause de divorce est l’égoïsme. En étant individualiste et en ne pensant qu’à soi-même, on finit par négliger son partenaire. Seulement, ce manque d’attention coûte très cher pour les couples mariés. La personne délaissée finira par s’en lasser et demander le divorce. Il est à noter que les personnes égoïstes sont souvent des menteurs.

Pour éviter de passer du temps avec son ou sa conjoint (e), elles inventent des histoires comme quoi elles ne sont pas disponibles. C’est face à cela que Bouddha invite les bouddhistes à respecter un autre précepte. Ce dernier invite les bouddhistes à donner une valeur sacrée au mot. En effet, il faut éviter de mentir. D’ailleurs, dire toujours la vérité est une source de confiance qui est la base de la réussite de tout mariage.

Il faut égalemlent dire que le mensonge est un acte de violence contre les autres, car il les condamne à l’irréalité. Cela les empêche d’agir de façon consciente. De la même façon, celui qui ment se fait du mal à lui-même, car il finit par devenir l’esclave de sa propre fausseté. Dans le futur ou dans l’autre vie, il obtiendra du karma négatif. Ce dernier est le résultat des mauvaises actions effectuées dans le passé ou dans la vie présente.

Le karma se crée par la pensée, la parole et l’action. Le bouddhisme envisage la vie comme un cycle d’existences successives se poursuivant éternellement à travers la vie et la mort. Le but de tous les bouddhistes est d’atteindre le Nirvana qui est un état d’éveil. Si l'on fait du mal à son partenaire, atteindre cet état serait difficile.

En outre, s'il existe des sujets répétitifs dans les disputes conjugales, c'est bien sur le travail et l'argent du foyer. Ces deux points peuvent être des causes fréquentes du divorce. Il faut dans ce cas bien gérer ses finances et organiser son emploi du temps professionnel pour prévenir le risque de rupture. Enfin, l’incompatibilité des emplois du temps et des habitudes de chacun peut aussi être la source de nombreux divorces. En effet, certains couples n’arrivent pas à se mettre d’accord sur de nombreux points dans la vie quotidienne comme l’éducation des enfants, la manière de gérer les dépenses et bien d’autres encore. Ce qu’il faut faire pour résoudre ce problème est de discuter ensemble et de trouver un compromis.

Les conséquences du divorce pour le couple, pour la société et pour les règles bouddhistes

Les conséquences du divorce sont très nombreuses qu’il convient de mentionner. Pour les conjoints, les impacts sont plus physiques et directs. Le divorce dissout le mariage et rompt complètement le lien conjugal. Après cette séparation, l’épouse n’a plus le droit d’utiliser le nom de son conjoint. Dès que le divorce est convenu et prononcé officiellement, les ex-époux doivent construire une nouvelle vie chacun de son côté. Dans le bouddhisme, il faudra rompre le consentement mutuel si l'on désire contracter une deuxième union. Ainsi, un nouvel accord de lien conjugal est nécessaire, mais de manière civile et administrative seulement.

Sur le plan de la société, le divorce a un aspect très important à savoir, l’autre ne doit pas perdre la face ou ne doit pas donner le sentiment d’avoir perdu la face. C’est là une grande problématique délicate à laquelle on ne comprend pas grand-chose. En fonction du statut social des familles, des causes officielles sont mises en avant pour justifier la séparation. Les choses peuvent être plus ou moins bien vécues ou au contraire susciter des rancœurs et des ressentiments.

On a pu constater combien les mariages arrangés et conclus présentaient une belle stabilité dans certains pays d’Asie. Mais les mariages plus récents peuvent présenter un caractère beaucoup plus fragile. Effectivement, les sentiments éphémères peuvent se mêler avec l’intérêt des familles et l’action de certains membres pour promouvoir certaines unions. Le divorce a un impact négatif dans la relation d’amitié établie entre deux familles. Plusieurs familles asiatiques fondent leur relation par le lien du mariage.

Comme on l’a déjà plus haut, le mariage n’est pas considéré comme une cérémonie religieuse dans le bouddhisme. C’est uniquement une union fondée par les relations humaines. C’est pour cette raison que dans l'Orient bouddhiste, aucune cérémonie ni célébration ne soient effectuées. Le couple concerné peut demander une bénédiction et peut organiser une fête pour amis et famille afin d’annoncer officiellement qu'ils vivent ensemble, mais pas de cérémonie. C’est pour cela que lorsque le couple décide de se séparer, l’intention bouddhiste n’interdit pas l’acte, mais aussi ne l’encourage pas. Le divorce n’aura pas d’impact sur le respect des règlements bouddhistes, car ces derniers n’approuvent pas ou ne célèbrent pas l’union de deux êtres dans le mariage. Dans le bouddhisme, l’union et la séparation restent des actes humains et familiaux.

Comment éviter le divorce chez les bouddhistes ?

divorcer dans le bouddhisme

Dans le bouddhisme, le divorce ne recevait aucune sanction religieuse. Néanmoins, en l'absence d'un code juridique bouddhiste comparable aux lois de Manu ou à la charia des musulmans, la dissolution du contrat de mariage était réglée par les individus concernés ou leurs familles. Même si le divorce est permis chez les bouddhistes, ce n’est pas une raison pour les couples d’arriver à cette situation. Des moyens existent pour essayer de l’éviter. Il faudrait par exemple apprendre à bien se communiquer et trouver ensemble un compromis et une solution pour résoudre le problème.

Si l'on n’arrive à deux, on peut tout à fait s’approcher d’un Moine Bouddhiste. Ce dernier peut donner quelques recommandations sur les techniques que le couple doit faire pour éviter le divorce. Il incite par exemple à faire une méditation. Cette pratique est très utilisée par les bouddhistes. Cela permet de calmer l’esprit et le corps. La méditation permet en outre d’avoir une très bonne réflexion sur la meilleure décision à prendre sur le divorce. Si on souhaite donc améliorer sa relation de couple, la méditation serait le meilleur moyen pour être plus compatissant et empathique.

Pour méditer, il faut commencer par la respiration. C’est la meilleure façon pour mieux apprivoiser la pratique. Ensuite, un des moyens d’éviter le divorce est de faire une retraite spirituelle à deux. La prière est d’une grande aide. Elle peut montrer le chemin à prendre et enlever les doutes. Il est possible d’aller dans un temple et demander de l’aide à Bouddha. Après, pour implorer l’autre personne de ne pas demander le divorce, il faut respecter le quatrième précepte de Bouddha à savoir ne pas mentir. Les mensonges peuvent tuer facilement le couple.

Par ailleurs, pour éviter le divorce, chaque époux doit accepter les différences pour assurer la stabilité dans le couple. On doit aussi être prêt à aimer et pas uniquement à être aimée. Chaque personne doit donner de l’amour à son partenaire pour que l’autre puisse se sentir aimé et heureux. La générosité est une des règles à suivre dans la religion bouddhiste pour ne pas souffrir. Tant qu’on n’est pas livré à la souffrance, on peut être sûr d’atteindre le Nirvana.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.