empreinte-du-bouddha

Signification de L'Empreinte du Bouddha

EMPREINTES DU BOUDDHA DANS LE BOUDDHISME

L'empreinte du Bouddha

Dans les premiers exemples d'art bouddhiste indien, Sakyamuni n'est pas représenté sous une forme humaine, mais sa présence est induite par des symboles tels que le lotus, un parasol, son trône ou ses empreintes de pas.

Ces empreintes de pas des premières œuvres d'art bouddhiste se retrouvent dans toute l'Asie, souvent dans des reliefs narratifs représentant des épisodes clés de la vie du Bouddha et indiquant ainsi sa présence personnelle.

Ces empreintes de pas sont souvent gravées de divers symboles bouddhistes. L'un des symboles les plus fréquemment utilisés dans le bouddhisme primitif était la Svastikah, qui signifie bonne fortune, chance et bien-être.

Lorsqu'il est placé à plat, l'empreinte du Bouddha est positionnée avec les orteils dirigés vers les adorateurs, comme si le Bouddha leur faisait face, et quand il est affiché sur les murs, leurs orteils pointent vers le bas.

Empreintes de pas, au temple Gokurakuji (déc. 1989)

Concernant la vertu de la représentation des empreintes de pas du Bouddha, il y a un texte cité du " Bouddha-Dhyâna-Samâdhi-Sâgara-Sûtra " :

“ Pendant ce temps, Shaka (Sâkyamuni) leva le pied. . . . Quand le Bouddha leva le pied, tout le monde pouvait percevoir que, de dessous ses pieds, le Bouddha rayonnait une lumière ayant l'apparence d'une roue à mille rayons. Et tous ceux qui voyaient ce rayonnement devinrent strictement droits, et obtinrent l'illumination suprême. "

Et Shaka dit : " Quiconque voit le signe sur la plante de mon pied, sera purifié de toutes ses fautes. Celui qui verra le signe après ma mort sera délivré de toutes les conséquences néfastes de toutes ses erreurs."

EMPREINTES DU BOUDDHA DANS L'ART BOUDDHISTE ANCIEN

Pendant quatre siècles après la mort de Gautama (environ 483 av. J.-C.), les légendes et les faits sur le Bouddha historique , ses dialogues et ses paroles, n'ont été conservés que dans les mémoires des moines et des disciples. Il n'y avait pas de documents écrits ou de représentations artistiques. 

Comme les brahmanes hindous, les premiers bouddhistes croyaient que la connaissance religieuse était trop sacrée pour être écrite, trop sacrée pour être gravée dans la pierre ou le bois. 

Dans ces premières années, lorsque les représentations manifestes de l'image de Bouddha étaient taboues, le principal véhicule artistique pour symboliser la présence du Bouddha était de montrer «l'empreinte» du Bouddha. 

Ces empreintes d'œuvres d'art bouddhistes primitives peuvent être trouvées dans toute l'Asie, souvent dans des reliefs narratifs décrivant des épisodes clés de la vie du Bouddha, et indiquant ainsi sa présence personnelle.

Ces empreintes sont souvent gravées de divers symboles bouddhistes. L'un des symboles les plus fréquemment utilisés dans le bouddhisme primitif était le Svastikah (orienté vers la gauche 卍 ou vers la droite 卐). 

Bien des siècles plus tard, au XXe siècle, il fut malheureusement adopté par l'Allemagne nazie, qui l'utilisa (la croix gammée) sur son drapeau et ses brassards.

«Guide


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.